Make your own free website on Tripod.com

  Aide, thérapie, prévention de la rechute | Formations, conférences | Gestion de problèmes et de stress au travail  

Au travail: changement, conflit, violence, harcèlement, surcharge, démotivation 

  Alcoolisme, toxicomanies, dépendances, burn-out, dépression, post-trauma, trouble d'adaptation 

Déjà plus de 20 ans au service des personnes et  des organisations 

Accueil | Consultation: 375, boulevard Henri-Bourassa Ouest, Montréal  (514) 381-0975| candide.b@sympatico.ca  

 

Prenez du contrôle sur vos pensées au sujet de l'alcool ou de votre drogue de choix

  • Si vous voulez cesser ou contrôler votre dépendance, votre consommation d'alcool, de médicaments ou d'autres drogues, vous penserez certainement à ces produits dont vous voulez maintenant vous abstenir. Bien sûr, ces pensées pourraient provoquer des envies de consommation. Aussi est-il important que  vous adoptiez des stratégies d’adaptation à ces pensées à risque.

  • stop2.gif (16455 bytes)

  • D’abord apprenez à ne pas vous complaire dans des souvenirs agréables reliés à votre consommation. Vous devez et vous pouvez arrêter de telles pensées aussitôt qu’elles surviennent. Par exemple, vous pouvez les éviter ou les éloigner en vous gardant occupé dans l’action, ou encore les remplacer en vous rappelant les fins d’épisodes de consommation ou les conséquences négatives vécues immédiatement après votre consommation ou à moyen et à long terme.

  • Reconnaissez que ces pensées sont des signaux, des avertissements, et que vous devez absolument vous y arrêter, comme sur un "stop".

  • exercices1.gif (2807 bytes)  Faites une liste de vos pensées à risque concernant l'alcool ou votre drogue de choix et trouvez-leur dès maintenant des pensées alternatives, des pensées de remplacement.  Identifiez les pensées ou les décisions souvent en apparence sans conséquence mais qui vous ont déjà mené ou qui sont à risque de vous mener à un écart ou à la rechute dans des situations à risque. Par exemple.: Avoir de l'alcool sous la main... pour la visite. Acheter de la coke... pour ne pas avoir l'air d'avoir arrêté. Se faire prescrire des pilules au cas où... Corrigez vos pensées ou vos décisions. Ex.: Quand je prévois avoir de la visite, je peux aller chercher de l’alcool pour eux au lieu d’en garder toujours à la maison au cas où j’aurais de la visite… S'ils arrivent sans s'annoncer, tant pis, ils n'avaient qu'à le faire et on fera ce que l'on peut. Ce n'est pas l'affaire des autres si j'ai arrêté, c'est la mienne. Qu'est-ce que ça peut bien leur faire? Si j'ai besoin de me détendre, je prendrai un autre moyen.

  •  

  • Voyez aussi "Vos pensées vous donnent envie de consommer? Demandez-vous si elles sont vraiment réalistes!"

Dernère mise à jour le 03 novembre, 2001

Candide Beaumont, psychologue | Consultation: 375 boulevard Henri-Bourassa Ouest |(514) 381-0975

Mis à jour le 03 novembre 2001

candide.b@sympatico.ca