Make your own free website on Tripod.com

  Aide, thérapie, prévention de la rechute | Formations, conférences | Gestion de problèmes et de stress au travail  

Au travail: changement, conflit, violence, harcèlement, surcharge, démotivation 

  Alcoolisme, toxicomanies, dépendances, burn-out, dépression, post-trauma, trouble d'adaptation 

Déjà plus de 20 ans au service des personnes et  des organisations 

Accueil | Consultation: 375, boulevard Henri-Bourassa Ouest, Montréal  (514) 381-0975| candide.b@sympatico.ca  

 

 

Post-traumatisme

 

Mise en garde:   Le diagnostic des problèmes dont nous parlons dans cette section ne peut être posé que par des professionnels. Les personnes qui vivent de telles difficultés devraient s'arrêter, accepter de demander l'aide et y recourir avec le plus d'ouverture possible. Une fois leur état amélioré, elles devraient aussi prendre et appliquer des moyens de prévention de façon à ne pas se retrouver dans le même état. En effet, si elles continuent à adopter les façons de penser et d'agir auxquelles elles sont habituées et qui ont favorisé l'installation de leur état actuel, elles risquent, une fois plus reposées, plus rassurées, une fois l'orage passé, de s'épuiser à nouveau, de tout voir en noir à nouveau…

 

Si vous avez été exposé(e) à un événement traumatisant, prenez-le temps de bien évaluer son impact sur vous. Au besoin, consultez un professionnel qui pourra vous aider à surmonter les séquelles possibles (i.e. choc post-traumatique) qui peuvent n’apparaître que plusieurs jours, semaines ou mois après l’événement.

Le trouble du stress post-traumatique (TSPT) n'est reconnu que depuis peu de temps (depuis 15 ans) comme un problème de santé dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l'American Psychiatric Association.

La personne qui a été exposée à un événement dont l'ampleur est plus grand que ce qu'elle a l'habitude de vivre ou que ce qu'elle croit pouvoir vivre est à risque de connaître divers problèmes d'anxiété et/ou de dépression.

La plupart du temps, les personnes savent comment penser et agir face à une situation. Cependant, quand on subit un choc trop grand, par exemple quand notre vie ou celle des autres a été mise en danger, ou suite à un accident ou à un décès de quelqu’un d’autre, ce sont nos émotions qui sont attaquées, confrontées. Nous sommes moins entraînés à gérer de telles émotions fortes et celles-ci peuvent venir bloquer tout notre système de pensées et d’actions, de telle sorte que nous "perdons tous nos moyens".

Il est nécessaire de retrouver un certain équilibre émotif suite à une telle situation. Pour plusieurs, il devient nécessaire d’obtenir de l’aide pour y arriver. Ce n’est surtout pas le temps de se convaincre que tout va bien, que vous êtes capable d’arranger ça "tout seul(e)". Vous avez été affecté(e) par un événement hors de l’ordinaire, à un stress souvent impossible à surmonter par un être normal... Vous êtes fort(e), mais vous êtes humain(e). N’importe qui aurait subit des préjudices d’un tel événement. Un professionnel peut vous aider à récupérer de cette situation.

LES SUITES D'UN ÉVÉNEMENT TRAUMATISANT

Symptômes et problèmes:

Des troubles psychologiques peuvent, par exemple, se manifester chez le personnel impliqué dans des événements comme une prise d'otages.  Au moment où la situation se produit, le personnel doit réduire le risque de pertes de vie en élaborant une stratégie susceptible de sauver la ou les victimes.

Le personnel et la victime ignore quel acte criminel celui-ci posera, ou bien il n'a aucun indice. Cette situation occasionne beaucoup de tensions et de frustrations, amplifiées par les membres de la famille et la collectivité qui s'attendent à des résultats rapides et efficaces.

Lors d'une prise d'otages par des prisonniers qui tentent de s'évader, ceux-ci n'ont rien à perdre en tuant leurs otages; c'est là la situation la plus dangereuse et la plus stressante à laquelle peut être confrontée le personnel.

Après un tel événement, la victime et le personnel peuvent:

. Revivre, sous diverses formes, l'événement traumatisant (cauchemars, visions...)

. Éviter, nier tout ce qui lui rappelle cet événement ou réagir aux autres événements de sa vie de façon plus forte pour éviter de repenser à l'événement traumatisant (modification de la personnalité, repliement affectif, isolement, manque d'intérêt...)

. Devenir hyperactif, avoir des troubles du sommeil, des difficultés de concentration...

Ces symptômes peuvent survenir à court ou à long terme:

Toutes sortes de problèmes peuvent aussi être associés à ce type de stress: honte, culpabilité, impuissance, rage ou gratitude envers l'agresseur, dégoût de soi, inhibitions sexuelles, résignation, victimisation, chute du statut social, etc.

La personne peut réagir plus ou moins fortement.

Récupération et traitement:

Au début, les souvenirs traumatisants refont surface fréquemment. On s'éveille la nuit et les scènes pénibles se déroulent souvent, au ralenti. Ces symptômes s'intègrent au processus d'extériorisation des émotions. Si la personne s'adapte à la situation, les souvenirs et les rêves s'estompent peu à peu, puis s'effacent complètement. Au contraire, si l'intensité de ces sentiments persiste, il faut recourir à une aide extérieure pour s'adapter à long terme.

Différentes formes de traitements psychologiques sont utilisés pour aider ces personnes; certains traitements insistent sur la relaxation de façon à gérer l'anxiété, ou sur l'hypnose... 

D'autres essaient de donner à ces personnes des techniques de gestion de leur peur, de renforcer leur affirmation de soi.

Enfin, certains visent à éclaircir les liens entre les symptômes du client, les mécanismes de défenses employés, les contenus inconscients de son passé, de façon à réenclencher des mécanismes efficaces d'adaptation. Ces traitements semblent donner des résultats, mais le risque de "rechute" existe et un suivi à long terme serait souvent nécessaire.

Références bibliographiques:

Brunet, A.; Quelle est la valeur des divers traitements psychologiques proposés pour le trouble de stress post-traumatique, Science et Comportement, Revue internationale et multidisciplinaire, Vol. 23, no. 2, 1993.

Oligny, M.; Stress et burnout en milieu policier, Presses de l'Université du Québec, 1990.

Ce que je devrais faire si je me crois dans cet état

Retour à "Je me sens fatigué(e), découragé(e), démotivé(e)...

Dernière mise à jour le 03 novembre, 2001

 

Candide Beaumont, psychologue | Consultation: 375 boulevard Henri-Bourassa Ouest |(514) 381-0975

Mis à jour le 03 novembre 2001

candide.b@sympatico.ca